Outrage à la vie

 

Coups de marteau incessants

Des yeux remplis de haine 

Sa voix de diable qui gêne

Ses mains sales qui traînent 

Son parfum cheap qui envahit 

Sa fureur de pervers qui salit 

Le visage du malheur, c’est lui 

Vulgaire outrage à la vie